Paul Henri de Le Rue : « J’ai su faire de mes émotions un levier de performance »