« On fait du management d’hommes comme en entreprise »