Partagez et enrichissez ce contenu avec votre perception

Anne Lafon & Isabelle Bouachon "Nous voyons si le candidat "match" avec nos valeurs"

Anne Lafon et Isabelle Bouachon sont respectivement Responsable Formation et communication interne et Directrice de la formation et RH international dans le groupe Chantelle. Nous les avons rencontrées lors d'une conférence ayant pour thème les soft skills. Elles nous livrent leur façon d'appréhender les soft skills aussi bien dans le processus de recrutement que dans la formation et le management d'équipes, dans une entreprise ne comptant pas moins de 5500 collaborateurs.

Le 24 oct. 2019
Partagez et enrichissez ce contenu avec votre perception

     Pourquoi en tant qu’entreprise souhaitez-vous participer à une conférence dédiée aux soft skills ? Les « soft skills » sont une thématique sur laquelle nous sommes en pleine réflexion au niveau du groupe. Une conférence sur les soft skills offre l’opportunité de savoir mieux les apprécier, d’être capable de capitaliser sur elles et de savoir mieux les développer d’un point de vue formation. Quelles sont les soft skills attendues pour travailler chez Chantelle ? Les soft skills nécessaires pour travailler chez Chantelle sont la créativité et des employés qui vont être collaboratifs, ce qui, d’ailleurs, est l’une de nos valeurs principales. Nous considérons qu’il est vraiment très important de savoir travailler avec les autres, de savoir se donner les moyens de travailler ensemble, de savoir donner et recevoir du feedback. C’est à dire des employés ouverts, capables de se remettre en question et sachant faire preuve de transparence. Vous parlez des valeurs de l’entreprise. Recherchez-vous des employés qui ont les mêmes valeurs ? Nous faisons tout pour communiquer nos valeurs, nous essayons de les mettre en avant et ensuite nous voyons si le candidat « match » avec nos valeurs. Aujourd’hui, c’est un plus si le candidat correspond aux valeurs de l’entreprise. En sachant que les valeurs de notre entreprise sont collaboration, autonomie, responsabilité, transparence et le client toujours au cœur de nos préoccupations, on peut dire que les candidats qui ont ces valeurs en guise de savoir-être vont être en adéquation avec l’entreprise. Il ne restera donc plus qu’a évaluer les savoirs faire par la suite. Avez-vous déjà mis en place des outils pour développer les soft skills au sein de Chantelle ? Il existe déjà au niveau de la formation un certain nombre de modules que l’on peut qualifier de modules de développement personnel ou d’efficacité professionnelle qui gravitent autour de cette thématique de soft skills : des outils de gestion du temps, gestion du stress, comment être plus assertif, la négociation, le travail en équipe. Maintenant l’idée est de capitaliser sur ces formations et surtout d’aller plus loin en étant capable d’utiliser ces contenus pour les développer d’un point de vue managérial, systématiquement et pas simplement en attendant qu’un collaborateur fasse une demande. Cherchez-vous à développer les soft skills de vos collaborateurs ? Dans le groupe, ça va dépendre des situations mais nous avons des managers « développeurs » qui vont encourager la personne à se développer et nous avons également des managers qui vont aller chercher la compétence ailleurs s’ils voient qu’elle n’est pas présente dans l’équipe. Cependant nous avons encore beaucoup de travail à faire en interne afin d’avoir cette orientation soft skills portée à tous les niveaux, managers et collaborateurs, RH inclus. Aujourd’hui il y a une approche mais elle n’est pas orchestrée, elle n’est pas suffisamment formalisée. Résultat : c’est toujours délicat de savoir si nous touchons les bonnes personnes car nous ne sommes pas encore capables de dire où sont les collaborateurs qui portent certaines soft skills car nous avons encore du mal à les mesurer. Vous êtes certifiées aux outils RH, pouvez-vous voir une différence avec avant ? Ça nous a fait grandir d’un point de vue personnel mais également d’un point de vue professionnel. Dans l’animation de nos formations ça nous aide, car c’est important d’être à l’écoute, d’avoir une meilleure compréhension de l’autre. Nous avons réussi à créer un socle de référence qui, parce que nous parlons le même langage, fait que nous nous comprenons beaucoup mieux. Nous avons capitalisé sur un outil, nous réalisons régulièrement des piqures de rappel, nous le faisons vivre.

Articles susceptibles de vous plaire

Nos derniers articles

Recrutement et cohésion en période d’ultra-croissance

La période de pandémie traversée par tous depuis mars 2020 n'a pas eu que des répercussions négatives pour les entreprises. Certaines,...

Il y a 13 jours
Revenir au bureau ? Non merci !

L’heure du déconfinement a sonné et les mesures en faveur du télétravail s’allègent. Les collaborateurs reviennent progressivement au...

Il y a 5 mois
"Être au clair avec soi-même pour entrer en relation"

Jade Plantin accompagne les entreprises depuis plus de 20 ans en tant que consultante, coach et facilitatrice. Sa spécialité ? La...

Il y a 6 mois

Articles à découvrir