Partagez et enrichissez ce contenu avec votre perception

"Être au clair avec soi-même pour entrer en relation"

Jade Plantin accompagne les entreprises depuis plus de 20 ans en tant que consultante, coach et facilitatrice. Sa spécialité ? La transformation des organisations en s’appuyant sur le capital humain. Son quotidien l’amène à constater l’importance de la connaissance de soi pour une bonne qualité relationnelle.

Le 18 mai 2021 Illustration "Être au clair avec soi-même pour entrer en relation"
Partagez et enrichissez ce contenu avec votre perception

« Entrer en relation avec les autres nécessite de bien se connaître, d’être lucide sur soi-même. La qualité relationnelle est liée aux émotions qui nous animent. Il faut donc les identifier et les comprendre.
C’est un travail de long terme, exigeant, car nous ne sommes pas toujours au clair avec qui nous sommes et l’image que l’on renvoie. Il faut donc tomber les masques, se dévoiler à soi-même, avec bienveillance et indulgence.
Cette grille de lecture est apportée par les outils d’évaluation des styles comportementaux comme le DISC de Marston ou l’Intelligence Émotionnelle.

Ce travail de connaissance de soi permet aussi de mieux lire l’autre, de moins interpréter ses messages.
Comment fonctionne-t-il ? Quel est son besoin ?
Là encore, les styles comportementaux apportent une clé de compréhension précieuse pour lire l’autre et sa communication. Nous pouvons alors mieux l’accepter de manière inconditionnelle, avec ses forces et ses failles. Et prendre du recul lorsqu’un comportement ne correspond pas à notre style de communication.
On peut ainsi s’adapter de façon pertinente à son interlocuteur.

Cette qualité relationnelle est essentielle dans le contexte sanitaire, même si elle est difficile à maintenir. Des personnes peuvent s’isoler, manquer d’échanges ou de discussions. Une bonne connaissance de soi permet de décrypter ces signaux, pour soi comme pour les autres.
On prête ainsi attention à ses émotions, on évite de se laisser déborder par l’environnement anxiogène. Et on se tourne vers les autres pour accueillir leurs émotions avec ouverture et bienveillance.

Ainsi, lucides sur nous-mêmes et conscients de l’autre, nous pouvons ajuster notre communication pour nous sentir mieux, gagner en authenticité et avoir plus d’impact.

C’est l’une des bases de l’excellence relationnelle : savoir se mettre en concordance avec l’autre, s’adapter pour se mettre sur la même longueur d’ondes et enrichir la relation. »

Articles susceptibles de vous plaire

Nos derniers articles

L'équi-coaching pour identifier de futurs managers

Reconnaître et développer les qualités d’un bon manager au sein d’une entreprise ou lors d’un recrutement peut s’avérer être une tâche...

Il y a 2 mois
Evaluation des compétences personnelles - ce qu’il faut savoir

Les compétences personnelles, les softskills, font partie intégrante de la personnalité de chaque individu. Découvrez tout ce que vous...

Il y a 3 mois
L'EQ : un meilleur indicateur de performance que l’intelligence dite “traditionnelle” ?

Le quotient émotionnel (EQ) ou intelligence émotionnelle est une thématique de plus en plus abordée dans le domaine des ressources...

Il y a 3 mois

Articles à découvrir

Juliette Dumas : "La fonction RH doit être la fondation d'une entreprise"

La vie d'une entreprise, c'est aussi penser à son avenir. Pour les étudiants, l'avenir est de trouver un travail à la sortie des études....

Il y a plus de 4 ans
L’observance au traitement, partie 1 : Un enjeu national de santé

« Les malades mentent souvent lorsqu'ils disent qu’ils prennent leurs médicaments ».

Il y a plus de 6 ans
Paul Henri de Le Rue : « J'ai su faire de mes émotions un levier de performance »

Ancien snowboardeur de haut-niveau, Paul-Henri, « Polo », de Le Rue, délaisse aujourd’hui les pistes au profit des salles de conférences....

Il y a plus de 6 ans