Partagez et enrichissez ce contenu avec votre perception

Il y a quelques jours, nous vous parlions de l’équipe du Pornic Basket St Michel qui a utilisé, tout au long de la saison, nos outils dans son coaching. Après le point de vue de l’entraîneur, découvrez les impressions de Cédric Ferchaud, ancien international, qui a rejoint l’équipe en 2015. Un outil extrêmement bénéfique pour la cohésion du groupe Cédric Ferchaud a rejoint les rangs du Pornic Basket St Michel l’an passé. Soit peu de temps avant que les outils d’évaluation soient intégrés au coaching de l’équipe. Et pour l’ancien international, ce hasard de calendrier a été une excellente chose. « En début de saison, c’était extrêmement enrichissant pour la cohésion du groupe, on apprend tous à se connaître ». 12998322_1737989063139472_5008575453759754638_o« On apprend à connaître l’autre » Par le passé, le joueur parle de « séances de discussions autour d’une table » entre coéquipiers pour que chacun puisse apprendre à mieux découvrir ses camarades de jeu. « Avec les outils c’est exactement la même chose, sauf que c’est bien plus poussé », avoue-t-il. Avant de reprendre : « On sait comment réagit chacun, on découvre le comportement des autres, ça permet de mieux appréhender les réactions sur le terrain ». « Le coach sait désormais comment mieux nous parler » Selon Cedric Ferchaud, un vrai changement s’est fait sentir dans le coaching. « Le coach sait comment on réagit dans une réaction de stress du coup, il sait désormais comment mieux nous parler dans une situation compliquée pour tirer le meilleur de nous-même ». « Savoir comment peut réagir un coéquipier est toujours intéressant » Quid de sa propre perception des outils ? « Je pensais bien me connaître, mais il y a toujours de nouvelles choses que l’on apprend », explique Cédric Ferchaud. Découvrir les profils de ses coéquipiers l’a aidé dans sa communication. « Savoir comment peut réagir un coéquipier en situation de pression ou d’euphorie, c’est toujours intéressant ». Cela l’a également aidé lorsqu’il fallait « faire passer un message pas forcément positif » à un de ses camarades. « Avec les connaissances liées à l’outil, on sait mieux comment parler à l’autre, sans risquer qu’il se braque ». 24-10-15_N2_056Prochaine étape : l’intelligence émotionnelle Même s’il cite de nombreux points positifs sur ses connaissances liées à l’outil DISC, Cédric Ferchaud émet quelques réserves, comme le fait de ne « pas toujours avoir le réflexe de les utiliser à chaud, lors des moments de stress vraiment intenses ». C’est pourquoi l'entraîneur et l’équipe de Pornic ont décidé d’aller plus loin dans l’étude du capital humain puisqu’ils vont intégrer l’intelligence émotionnelle dans leur coaching.  Il s’agit désormais de ne pas seulement décrypter les comportements mais de mieux comprendre et gérer les émotions des différents joueurs. Et ainsi être plus en mesure d’appréhender les réactions de chacun, notamment lors des moments sous pression.  Affaire à suivre donc.