Partagez et enrichissez ce contenu avec votre perception

 Christophe Haag : « Il faut ressentir une émotion pour pouvoir décider »

Professeur à emlyon business school en comportement organisationnel, Christophe Haag prône un management centré sur les émotions. Comprendre les émotions pour s’adapter aux transformations organisationnelles. Et donner une plus grande importance à l’intelligence émotionnelle. Rencontre.

Le 07 nov. 2018
Partagez et enrichissez ce contenu avec votre perception

 

Quelle est l’importance des émotions dans les transformations des organisations ?

L’émotion est une information qui vous permet de mieux vous adapter. Que ce soit dans des problématiques de transformation ou de changements. L’émotion est là pour avertir qu’il se passe quelque chose qui peut avoir un impact sur votre niveau de bien-être, sur le niveau de performance. Les personnes qui tiennent plus compte des émotions ont plus d’informations, et si en plus elles savent bien les gérer, elles se mettent moins en danger et performent mieux que la moyenne. Elles sont plus adaptables que les autres.

On parle d’ailleurs d’intelligence émotionnelle.

C’est ça. C’est l’ensemble des capacités qui permettent de traiter toutes les informations émotionnelles très rapidement. Les personnes en capacité de le faire peuvent mieux gérer la complexité que la moyenne. Quand on parle de changement, on parle de zone d’incertitudes de plus en plus larges, de timing de plus en plus serré, les gens doués de cette forme d’intelligence-là seront plus agiles dans des contextes de transformations.

« Toutes les émotions sont utiles »

Est-indispensable pour les managers ?

Il faut ressentir une émotion pour pouvoir décider. Si vous n’en avez pas, comment faire des choix ? Le job des managers est justement de décider, donc mieux vaut être au contact de ses émotions pour le faire. Les manageurs émotionnellement intelligents sont capables de prendre des risques modérés pour prendre des décisions. Toutes les émotions sont utiles. La peur peut vous sauver d’un danger, la colère peut vous permettre de vous battre un peu plus contre une injustice, la tristesse peut vous aider à mieux analyser ce qui n'a pas marché…

Quels sont les enjeux ?

Il y a un enjeu en termes de développement personnel, mais aussi de santé publique, de performances. C’est une démarche assez forte. Des études montrent que ces formations liées à ce sujet peuvent augmenter le niveau d’intelligence émotionnelle des gens qui les suivent et cela peut, à long terme, réduire les coûts de santé qui peuvent être associés (moins de troubles anxieux etc...).

Comment sera le manager du futur ?

Un manager tout terrain pourvoyeur d’une écologie humaniste. Il doit décider et avoir comme préoccupation principale la préservation de ces équipes. Les burnout, les troubles dépressifs, le mal être au travail sont sur des courbes ascendantes. Il y a des coûts économiques et psychologiques d’où l’importance d’une écologie humaniste. Cela passe par un épanouissement personnel du manager pour un épanouissement collectif. Et retrouver le courage managérial qui permet de faire des choix et de prendre des décisions. 

 

Articles susceptibles de vous plaire

Nos derniers articles

Recrutement et cohésion en période d’ultra-croissance

La période de pandémie traversée par tous depuis mars 2020 n'a pas eu que des répercussions négatives pour les entreprises. Certaines,...

Il y a 13 jours
Revenir au bureau ? Non merci !

L’heure du déconfinement a sonné et les mesures en faveur du télétravail s’allègent. Les collaborateurs reviennent progressivement au...

Il y a 5 mois
"Être au clair avec soi-même pour entrer en relation"

Jade Plantin accompagne les entreprises depuis plus de 20 ans en tant que consultante, coach et facilitatrice. Sa spécialité ? La...

Il y a 6 mois

Articles à découvrir

Parole d'experts : « La différence entre deux candidats : les compétences comportementales »

Le recrutement, c’est aussi les experts qui en parlent le mieux. Ils sont en première ligne pour analyser les changements, innovations et...

Il y a plus de 3 ans
Yves Le Bihan : « Le leader positif est celui qui est capable d’aller chercher le meilleur de ses collaborateurs »

Qu’est-ce qu’un leader positif ? Cette notion peut paraître utopique. Pourtant, elle semble bien prendre de plus en plus d’importance, et...

Il y a environ 4 ans
Bruno de Ligniville : « Le DISC amène à réfléchir sur son environnement idéal de travail »

Ancien manager opérationnel chargé du développement de carrières, désormais retraité, Bruno de Ligniville utilise depuis de nombreuses...

Il y a plus de 5 ans