Partagez et enrichissez ce contenu avec votre perception

"Nous sommes une entreprise atypique, très militante, qui travaille sur les transformations des organisations." Voilà comment Emmanuelle Duez définit The Boson Project. 

Mockup-Livre-Emmanuelle-Duez

Auteures d’une enquête, Le Magicien de l’Humain, Turbulences et Renaissance de la fonction RH, Emmanuelle Duez et Marianne Urmès reviennent sur les changements qui ont lieu, en ce moment-même, dans les entreprises.

Comment définir The Boson Project ?

Emmanuelle Duez : Nous avons une idée de ce à quoi devrait ressembler l’entreprise de demain. C’est-à-dire de remettre le capital humain au cœur du système des entreprises. Nous sommes persuadées que ce type de modèle est possible et, en réalité, le seul qui soit fiable. Nous essayons de mettre le capital humain face à ses responsabilités. C’est 90 % de notre activité. De l’autre côté, nous avons un centre de recherches, et nous publions du contenu, sur toutes les tendances sociétales.

Les entreprises doivent-elles absolument changer leur mode de fonctionnement ?

E.D. : L’étude Gallup montre qu’il existe 87 % de désengagement dans les entreprises, au niveau international, le taux étant encore plus fort en France. La quasi-totalité des entreprises doivent se réinventer. Le fait de créer des modèles organisationnels qui génèrent de la performance par l’engagement des salariés, ce n’est pas une idée. C’est un impératif absolu.

Marianne Urmès : Ce n’est pas un effet de mode, elles sont obligées de se transformer avec le monde dans lequel nous vivons. Les entreprises comprennent qu’elles vont devoir engager leurs employés et qu’elles ont impérativement besoin d’eux pour se transformer.

Qu'apportez-vous aux entreprises qui ont besoin de changer ?

E.D. : Nous travaillons au chevet des entreprises qui sont persuadées que c’est un enjeu indispensable. Quand on regarde le chiffre de 87% de salariés qui ne se sentent pas engagés dans l’entreprise, cela veut dire qu’il y a une défaillance quelque part. Créer des usines à désengagement, ça n’a pas d’intérêt. Ni économique, ni humain.

M. U. :
Cela passe par des entretiens très approfondis pour décider du portrait de leur entreprise aujourd’hui et, surtout, d’imaginer demain. Après, nous allons accompagner les collaborateurs sur la mise en place d’idées qu’ils ont eux-mêmes construites.

Est-ce primordial pour vous d'être à l'écoute de vos collaborateurs ?

M.U. : L’écoute est l’un des fondamentaux de notre démarche. Notre métier est de faire un portrait très fin de l’entreprise du collaborateur. Les portraits sont à chaque fois uniques, sur-mesure. Ce qui est intéressant, c’est comment analyser aujourd’hui pour mieux se projeter demain.

E.D. :
Nous avons envie de faire changer les lignes. L’entreprise constitue le laboratoire de la société et responsabiliser les collaborateurs est ce qu’il y a de plus important pour les entreprises.

encart-journal-N2

Téléchargez le 2e numéro de notre revue Perceptions pour découvrir d’autres articles, interviews et dossiers RH !