Partagez et enrichissez ce contenu avec votre perception

Identifier et valoriser les compétences des collaborateurs : le PTSI

Mesurer les compétences d’un individu pour optimiser son efficacité professionnelle : c’est la promesse du PTSI.

En offrant une vision approfondie de ses capacités, il permet de lui trouver sa place en entreprise, de le faire évoluer ou même de recruter de nouveaux profils.

Quels sont les usages et résultats concrets obtenus grâce à l’outil ?

Réponses avec des professionnels certifiés à l’outil par TTI Success Insights.

Le 03 nov. 2023 Illustration Identifier et valoriser les compétences des collaborateurs : le PTSI
Partagez et enrichissez ce contenu avec votre perception

1. Le PTSI : quésaco ?

   1.1 En quelques mots

Le PTSI (Personal Talents Skills Inventory) met en lumière les aptitudes potentielles, innées et acquises de chacun. Issu des travaux du philosophe Robert S. Hartman et développé par TTI Success Insights, ce questionnaire “vise à comprendre l’axiologie, le schéma mental. Il permet à la personne accompagnée une prise de conscience sur ses talents personnels et sur ce qu’elle ne sait pas encore faire”, explique Nicolas Gorski, consultant formateur. Pour Petia Velitchkova, directrice réseau chez Basilic & Co, le PTSI a un double objectif : “Mettre les individus face à leurs talents pour les laisser s’exprimer ; et leur donner une compréhension de leurs limites pour mieux les accepter”.

 

“Le PTSI permet de mettre les gens face à leurs choix. Dans un contexte de prise de poste, il met en évidence les forces, les faiblesses et les efforts que doit fournir l’individu pour y arriver. L’idée n’est pas de le changer, mais de lui faire prendre conscience de ses axes d’amélioration s’il souhaite réussir. C’est ensuite à lui de choisir de changer ou non”, déclare Emmanuel Berte, dirigeant de CUD.

 

À la différence du DISC et du WPMOT qui dressent simplement un constat, le PTSI est quant à lui évaluatif et a une volonté d’évolution : “Le PTSI mesure l’évolution du potentiel de compétences d’un individu. Il offre un avant et un après. En accompagnement, je le fais passer au début pour identifier les compétences nécessaires à développer pour le poste, puis une seconde fois à la fin pour voir si les dimensions travaillées ont évolué”, partage Mathieu Salfati, dirigeant du cabinet de conseil Humind RH.

 

   1.2 Ses domaines d’application

Le PTSI peut servir à tout type de profil mais les certifiés à l’outil privilégient son utilisation pour les postes stratégiques (dirigeants, membres du CODIR, managers, entrepreneurs…). L’objectif : les aider à trouver leur ADN et à développer leur leadership. Petia Velitchkova explique : “Le PTSI est essentiel dès qu’il s’agit de postes à responsabilité. Je l'utilise le plus souvent dans des comités de direction pour s’assurer que les rôles sont bien répartis, mais aussi avec des chefs d’entreprise qui souhaitent s’entourer des bonnes personnes”.

 

“J’accompagne principalement des managers à exceller dans leur fonction avec le PTSI. L’outil leur donne des clés pour comprendre sur quoi ils doivent s’appuyer pour avoir une meilleure conscience de leur rôle. Car c’est la connaissance de soi qui permet d’aller vers les autres”, ajoute Nicolas Gorski.

 

Le PTSI est particulièrement pertinent dans des contextes de coaching individuel (dans une logique évolutive), de bilan de compétences (pour faire ressortir les compétences acquises) et de recrutement :

Nathalie Albou, coach et fondatrice de Cap21 Conseil en RH, explique : “Le PTSI permet notamment de départager les candidats en short list. Il apporte un éclairage sur le potentiel de chacun, leur capacité à s’adapter au poste et leurs zones de risque”.

 

Mathieu Salfati confirme : “C’est un outil puissant d’aide à la prise de décision qui permet de minimiser le risque à l’embauche et d’arbitrer entre deux candidats qui ont le même profil, la même expérience, les mêmes hard skills. Il ne faut pas s’atteler sur le résultat, mais surtout sur la conscience que le candidat a de ses talents. Mieux vaut ne pas avoir toutes les compétences nécessaires au poste mais avoir l'intention de les développer, plutôt qu’être dans une position statique qui ne vise pas à progresser. Une fois embauché, le PTSI permet d’établir un plan d’accompagnement et d’intégration du collaborateur en faisant le lien entre ses ressources et les attentes du poste.”

 

   1.3 Pourquoi se certifier au PTSI ?

Complémentaire aux autres outils TTI Success Insights, le PTSI permet aux certifiés d’aller plus en profondeur dans l’analyse des profils. “Suivant les contextes, sans le PTSI, la lecture de l’individu reste superficielle. Elle peut être biaisée et incomplète. Je sens qu’il me manque quelque chose quand j’interviens dans un comité de direction par exemple. Le PTSI est alors essentiel. Une fois qu’on l’a utilisé, on se rend compte de sa richesse et on ne peut plus faire sans. Je l’utilise depuis près de 10 ans et je ne m'en suis jamais lassée. J’ai toujours l’impression de le redécouvrir et ça me surprend à chaque fois”, explique Petia Velitchkova.

 

“Le PTSI permet de monter en compétences dans sa pratique des autres outils, et de voir les angles morts tels que les facteurs de stress, le niveau d’empathie ou encore la confiance en soi”, ajoute Nathalie Albou.

 

“L’outil PTSI m’offre une lecture complète de la voiture. Le DISC c’est la carrosserie (comment je me comporte et ce qu’on voit de moi), le WPMOT c’est le moteur, l’EQ le carburant et le PTSI les équipements. Il faut marier les quatre pour avoir une lecture complète du mode de fonctionnement d’un individu à un moment donné. Ça ne viendrait à l’idée de personne de faire rouler une voiture sans siège, sans volant, sans équipement”, illustre Jade Plantin, coach d’organisation spécialisée en transformation d’entreprise et dirigeante d’AQM TRANSFORMATION.

 

2. Le retour d’expérience des certifiés PTSI

   2.1 Le PTSI, un tournant pour leur pratique

Si l’utilisation du PTSI est une chance pour les personnes accompagnées, elle en est tout autant pour les certifiés à l’outil. “On ne peut pas accompagner des équipes si on ne commence pas par faire un travail sur soi”, introduit Nicolas Gorski.

 

“Le PTSI m’a d’abord permis de travailler sur mon aspect personnel. Je l’ai vécu de l’intérieur, j’étais mon propre coach. Il m’a apporté une vision différente de moi-même et des autres. Et m’a permis d’éclairer certains points que je n’avais pas vu ou que je ne voulais pas voir”, déclare Emmanuel Berte. Mathieu Salfati partage ce point de vue : “Découvrir son propre PTSI permet d'appréhender différemment sa stratégie business, son accompagnement et son management en interne. C’est un bon enseignement à tirer à titre personnel pour sa structure, et un élément déclencheur dans la façon de se vendre et de se présenter pour trouver sa valeur ajoutée”.

 

Selon lui, c’est un argument commercial : “Le PTSI offre un résultat tangible à mes clients, un ROI par rapport à ce qu’ils ont investi. Et pour cause, c’est l’outil qui fait le plus réagir les managers que j’accompagne, et qui les décomplexe. Ils s’autorisent alors à partager plus de choses, ça facilite l’échange et la discussion prend ainsi plus de relief et de matière”.

 

   2.2 Les certifiés appellent à la vigilance

Il est d’abord essentiel de rappeler les enjeux et les périmètres de l’outil aux personnes accompagnées pour éviter les mauvaises interprétations. Nicolas Gorski explique : “Il faut  leur faire comprendre qu’on ne les met pas dans des cases mais que c’est une opportunité pour eux qui leur permet d’aller plus loin pour savoir qui ils sont et pour mieux comprendre les autres”. “Et impérativement leur rappeler qu’on ne va pas être capable d’aller lire en eux ni de découvrir des choses qu’ils ne veulent pas nous dire. C’est juste un outil d'accompagnement qui met en évidence le reflet de nous-même. Il faut aussi être vigilant sur le respect du périmètre de l’autre en l'amenant à réfléchir, mais ce n’est pas à nous d’imposer ce sur quoi il doit se développer. Chacun doit avancer à son rythme et faire ce qu’il a envie de faire”, ajoute Emmanuel Berte.

 

“Le PTSI n’amène pas directement les résultats, c’est l’évolution de la personne par l’accompagnement qui donne le résultat. Le PTSI donne une grille de lecture, une photographie à l’instant T d’une problématique. À partir de là, on aide la personne à se concentrer sur sa zone de génie en partageant des axes de travail. C’est ensuite le coaching qui donne un résultat, mais celui-ci dépend du coach et de la qualité de l’accompagnement”, nuance Nathalie Albou.


Jade Plantin confirme : “L’erreur est d’utiliser le PTSI dans le cadre d’une évaluation pure et dure. On parle de compétences, donc on peut les développer !”.

Articles susceptibles de vous plaire

Nos derniers articles

Les outils RH appliqués au monde du sport

Fabien Gengenbacher fait le pont entre le monde de l’entreprise et le monde du sport. Cet ancien rugbyman, passé par le secteur du...

Il y a environ 2 mois
L’importance de la préparation mentale dans les sports collectifs

Nadi Derran revient, pour TTI Success Insights, sur la nécessité d’accompagner la performance sportive par la préparation individuelle et...

Il y a 3 mois
Convention TTI Success Insights France 2023

Un rendez-vous incontournable pour les DRH, consultants, coachs et formateurs ! La convention TTI Success Insights France du 23...

Il y a 6 mois

Articles à découvrir

Germain Canto, vendre des cocktails avec le DISC

À la tête de l’agence événementielle Konoisseur et du bar Louise à Cognac, Germain Canto a à cœur de bien comprendre ses clients pour...

Il y a plus de 3 ans
Jean-Baptiste Audrerie : « Les sciences du comportement sont de puissantes alliées »

Connaissez-vous Futurs Talents ? Ce blog « d’anticipation RH » décrypte depuis 4 ans les innovations en lien avec les ressources humaines...

Il y a plus de 6 ans
Nathalie Albou : "Start-up : la quête de sens est devenue une aspiration importante"

Nathalie Albou - Fondatrice de Cap_21 Conseil en Ressources Humaines. De plus en plus d’entreprises mettent le savoir-être au cœur de...

Il y a plus de 6 ans